entête remise des prix

Agir avec l'Afrique

Actu Trophé

Contribuer au développement des territoires africains

Attribué pour la première fois en 2018, le Prix Pierre Castel a pour objectif de soutenir financièrement des projets qui contribuent au développement des territoires africains dans les domaines de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Les projets sont sélectionnés pour leur qualité, leur impact et leur finalité d’intérêt général, leur contribution à une meilleure formation professionnelle, à l’emploi et à l’épanouissement des jeunes et des femmes dans leur environnement et leur cadre de vie. Ils permettent également de favoriser les échanges entre les territoires africains et français.

A l'image de la première édition, le Fonds Pierre Castel continue et pérénise son action auprès du Burkina Faso, du Cameroun et de la Côte d’Ivoire.

La remise des prix a lieu à Abidjan le 22 novembre prochain dans le cadre du SARA-Salon de l'agriculture et des ressources animales en présence de Pierre Castel, Pierre de Gaétan Njikam et Francis Batista (Solibra)

 

Les modalités de participation

  • Être âgé(e) de 18 à 45 ans en 2018.
  • Justifier de l’organisation et/ou de l’entreprise (date de création, forme juridique, gouvernance, nombre de salariés, profil de l’équipe et partenaires).
  • Fournir une description du projet (offre, contexte, environnement, caractère innovant, réseau de distribution, impact social, économique et environnemental sur son territoire).
  • Fournir une présentation du ou des porteurs de l’activité ou du projet (motivation, parcours, références et formation).
  • Présenter les perspectives de développement et la création de la valeur (création d’emplois, de revenus / bénéficiaires / usagers / filières / clients et partenariats).
  • Fournir les éléments financiers tels que le budget ou les comptes de résultat prévisionnels N et N+1.

Les phases de sélection

  • Mai - Septembre :     Appel à projets dans les pays concernés et sélection des lauréats et finalistes
  • Novembre :               Remise des prix à Abidjan, Côte-d'Ivoire

Les Lauréates du Prix Pierre Castel 2019

Florence Bassono - Lauréate prix Pierre Castel 2019

Prix : Une dotation financière de 15.000€ et un accompagnement par l’IECD – Institut européen de coopération et de développement.

Parrain : Sa Majesté le Larlé Naaba Victor TIENDREBEOGO

Projet & entreprise : Attiéké – FASO ATTIEKE

Activité : Production et commercialisation de l’attiéké (semoule de manioc)

Ambition : Devenir le leader en matière de production locale et de commercialisation de l’attiéké

Florence Bassono est à la tête d’une société de production de semoule de manioc, un féculent très apprécié en Afrique de l’Ouest où il est appelé Attiéké. C’est de façon informelle que Florence Bassono s’est lancée il y a 9 ans dans la production et la commercialisation de l’attiéké. En 2016 elle décide de structurer son entreprise en sécurisant la production et la transformation de la matière première, le manioc, faisant de Faso Attiéké la première entreprise industrielle dans un pays qui compte 420 unités semi industrielles. L’objectif de Florence Bassono/Kaboré : devenir le leader de la commercialisation d’un attiéké 100% Burkinabé avec une production annuelle de 548 tonnes. Pour résister à la concurrence de l’attiéké ivoirien, Faso attiéké a entamé des démarches en vue d’obtenir une certification iso22000. Les perspectives de développement sont prometteuses, l’usine devrait atteindre une capacité de production de 10 tonnes par jours. Actuellement la société emploie 42 personnes, le chiffre passera à 61 dont 95% de jeunes, ce qui de l’avis de Florence Bassono/Kaboré, permettra de lutter contre l’exode rural et résoudra le problème de l’accès à la terre.

Diana Mfondoum

Prix : Une dotation financière de 15.000€ et un accompagnement par l’IECD – Institut européen de coopération et de développement.

Parrain : Maître Jonathan NYEMB, avocat aux Barreaux de Paris et du Cameroun

Projet & Entreprise : Tisane au Moringa – THE MORINGA COMPANY

Activité : Fabrication et commercialisation d’un complément alimentaire sous forme de tisane de moringa.

Ambition : Proposer une solution phytothérapique pour soulager des maladies fréquentes au Cameroun

Diana Mfondoum s’est tournée vers l’exploitation du moringa. Cet arbuste originaire de l’inde et qui pousse également en Afrique est appelé miracle tree. Feuilles graines et huiles possèdent milles et une vertus. Les recherches du Dr Diana Mfondoum ont permis de démontrer les effets positifs de la tisane à base de moringa sur les patients porteurs du VIH, chez qui on note une amélioration considérable de leur déficit immunitaire. Riche en vitamine A et C mais également en potassium, le moringa traite plusieurs pathologies : la malnutrition, l’hypertension artérielle, l’hypocalcémie et même le diabète. Diana Mfondoum a mis au point une technique permettant d’augmenter les principes actifs présents dans la plante et de conserver la tisane sans ajouts de conservateurs chimiques, une technique sur le point d’obtenir un brevet de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). Lors de la soutenance de sa thèse sur le projet ‘’moringa company’’ le Dr Diana Mfondoum a obtenu la mention très honorable du jury.

Glawdis Yao

Prix : Une dotation financière de 15.000€ et un accompagnement par Mme Dao GABALA – Sénatrice ivoirienne.

Parrain : Monsieur Francis BATISTA, Directeur Général de Solibra

Projet & Entreprise : Transformation d’épices - SITRAV

Activité : Agro-alimentaire – Transformation et distribution de piment, de maniguette (poivre de Guinée).

Ambition : Construire une unité de transformation en zone industrielle à Abidjan (Côte-d’Ivoire).

Glawdis Yao est diplômée de botanique et de phytothérapie, elle a fondé il y a 3 ans la SITRAV, une entreprise de production d’épices, de piment et de poivre qui représente 60% du marché national ivoirien dans son secteur. La clientèle de Glawdis Yao est répartie de la manière suivante, 90% de boutiques de proximité, 9% des revendeuses dans les marchés et 1% des ménages et des restaurants. D’ici fin 2019 l’objectif que se fixe Glawdis Yao est d’aller à la conquête de la sous-région. En écoulant sa production au Burkina Faso, au Mali, en Guinée et au Sénégal où la demande en épice est très grande. La valeur ajoutée des produits proposés est qu’ils sont conditionnés sous forme de sticks de 2 ou 3 grammes et répondent à un besoin d’alimentation saine. Pour Glawdis Yao, l’impact social est indéniable, la filière permet l’insertion des jeunes et des femmes, l’auto emploi des promoteurs et évite la déperdition des produits agricoles. En 2016 à Abidjan, elle a remporté le prix de l’agriculture décerné par la Maison de l’entreprise.